Guerlain Moments, L'écho des Concierges

Sortir en Février

Expositions

Jusqu’au 17 mars, au Petit Palais, découvrez une rétrospective, la première depuis 40 ans, consacrée à l’artiste belge Fernand Khnopff. A la fois peintre, dessinateur, graveur et sculpteur, ses œuvres majeures sont ici mises en regard avec celles d’artistes de son temps (Gustave Moreau, Klimt, Von Stuck…), permettant ainsi de les resituer dans le contexte de l’Europe à la fin du 19ème siècle.

«Géométries Sud, du Mexique à la Terre de Feu», voici l’exposition imaginée par la Fondation Cartier pour vous présenter la richesse et la variété des motifs dans l’art latino-américain. Artisanat, architecture, peinture corporelle ou encore art abstrait, 250 œuvres tissent des liens visuels entre les époques et les territoires, de la période précolombienne à l’époque actuelle. Jusqu’au 24 février.

L’exposition L’art de vivre selon Moïse de Camondo au Musée Camondo présente un fonds d’archives inédit qui retrace l’art de vivre du comte Moïse de Camondo (1860-1935), éminent collectionneur d’art décoratif du 18ème siècle, mais aussi homme de son temps, passionné par le progrès technique. Jusqu’au 10 mars.

Ballet

Dans Gravité, Angelin Preljocaj explore les lois universelles de l’attraction des masses entre elles.
« Du plus léger au plus massif », il invente pour chaque degré de résistance de l’air une suite de mouvements spécifiques. Chaque séquence est mise en relation avec une œuvre musicale, dans un large éventail de timbres et de rythmes allant de Gérard Grisey à Dmitri Chostakovitch en passant par Jean-Sébastien Bach. Jusqu’au 22 février, au Théatre de Chaillot.

Opéra

Romeo Castellucci met en scène à l’Opéra de Paris « Il Primo Omicidio » dont il explore la dimension métaphysique, interrogeant la part du Mal dans le projet divin. L’œuvre d’Alessandro Scarlatti évoque le fratricide avec une grande douceur, « comme une fleur de la maladie ». Jusqu’au 23 février, au Palais Garnier.

Restaurants

Aurélien Braguier, ancien Chef exécutif chez Jean-Luc Rabanel, prend la relève de Christophe Poard à La Truffière. Il propose une cuisine légère aux notes méditerranéennes avec des Cappellacci de homard bleu des côtes bretonnes, bisque de têtes, râpé de caviar compressé  ou encore un filet de Bœuf ‘’Limousin‘’ maturé 60 jours puis fumé aux herbes de Provence, légumes du marché, et en dessert, un Baba Limoncello, crème coriandre, pomme et bergamote et glace ricotta. Fermé les dimanches et lundis – 4 rue Blainville, Paris 5ème.

Après le Martinez, Taillevent, l’Instant d’Or et Racines à New-York, le Chef Frédéric Duca investit sa propre maison, le Rooster. Il nous y propose une cuisine de marché, ambitieuse et éclectique fréquemment renouvelée. Au menu, beignets de cervelle d’agneau, sauce puttanesca, le bœuf avec panais, carottes, confit d’agrumes et jus de daube et en dessert la Panna Cotta, infusée au laurier, gelée de cidre, sorbet pomme granny. Menu dégustation à 68 Euro, entre 45 et 75 Euro à la carte. Fermé les samedis et dimanches – 137 rue Cardinet, Paris 17ème.

Leave a comment