Actualités, L'écho des Concierges

A découvrir à Paris en octobre

Expositions

Jusqu’au 23 janvier, le Musée Jacquemart André propose Rembrandt Intime. L’exposition, construite autour des trois œuvres qu’avaient achetées Édouard André et Nélie Jacquemart, réunit une vingtaine de tableaux ainsi qu’une trentaine d’œuvres graphiques, et retrace l’évolution stylistique du maître incontesté de l’art hollandais du 17ème siècle.

Pour sa réouverture, le Musée Maillol donne carte blanche à Ben, figure emblématique de l’art contemporain en France, provocateur et iconoclaste. L’exposition Tout est art ? se compose de deux parties : la première, historique, avec ses premières créations, et la deuxième, contemporaine, avec des œuvres inédites créées spécialement pour l’occasion. Son message reste le même : « une œuvre d’art est reconnaissable non pas par sa teneur matérielle mais exclusivement par la signature ». Jusqu’au 8 janvier.

 

Opéra

L’Opéra Bastille accueille le seul opéra français de Camille Saint-Saëns inscrit au répertoire : Samson et Dalila. L’histoire, inspirée de la Bible, raconte comment le valeureux héros hébreux Samson succombe, malgré les mises en garde, aux charmes de Dalila qui n’a d’autre projet que de percer le secret de sa force. Piégé puis emprisonné, il est touché par la foi et pourra mener à bien sa vengeance. Jusqu’au 5 novembre.

 

Restaurants

Nouveau décor et nouvelle carte pour une institution de cuisine marine : Le Divellec, devenu Divellec. Aux fourneaux Mathieu Pacaud, fils de Bernard (L’Ambroisie), déjà aux manettes de Histoire (1*) et Hexagone (2*). Huitre pochée et son sabayon de cresson et grains de caviar ; « calque de dorade royale », bonbons de pomme verte mais aussi un plat pour les amateurs de viande avec ce suprême de volaille de Bresse aux écrevisses. En dessert, le cake ananas, noix de coco est succulent. Menus à 90 et 150 Euro. Compter 100 à 200 Euro à la carte. Fermé le dimanche. 107 rue de l’Université, 7ème.

Nouveau bistrot gastronomique dans le quartier latin : Alliance par Toshitaka Omiya, le plus français des chefs japonais ! Au menu, son plat phare : pomme de terre confite à la graisse de canard, crumble d’oignons et échalotes, champignons, mais aussi foie gras de canard, légumes de Monsieur Rigault, consommé de canard ; poisson des côtes de Noirmoutier, concombre et menthe. En dessert, une tarte aux fraises gariguette relevée d’une glace au poivre de timut. De superbes produits et un excellent service. Menus à 29 et 34 Euro au déjeuner. Compter 70 à 80 Euro à la carte. Fermé le week-end. 5 rue de Poissy, 5ème.

Leave a comment